Retraite

Acheter une résidence à l’étranger après sa retraite : comment ça marche ?

résidence à l'étranger retraite

Dépaysement, climat plus clément, mais aussi prix de l’immobilier quelquefois plus attractif pour des biens plus grands : acheter une résidence secondaire à l’étranger séduit les séniors. Comment faire de cet achat une réussite ? Tout simplement en ayant toutes les clés en main.

Achat immobilier à l’étranger : ce qu’il faut retenir

Acheter une résidence secondaire en dehors du sol français est un projet à bien préparer. Si le coût de l’immobilier est souvent plus intéressant, il faut néanmoins prendre en compte le taux de change et les taxes qui vont s’appliquer.

Comment travaillent les notaires dans ces pays et que demandent-ils pour leur tâche ? Même en passant par un prêt immobilier en France, l’argent doit être transféré sur un compte à l’étranger, dans le pays choisi ; ce qui suppose là encore des démarches et un coût.

Les banques françaises ne sont plus réellement surprises quand arrive ce type de projet. Pourtant, dans ce cas comme dans un autre, pas possible, pour elles, de prendre le moindre risque. Une hypothèque sera certainement posée sur la résidence principale à moins qu’elles préfèrent un nantissement sur une assurance-vie qui aurait été souscrite. Il faudra en outre prouver que l’on est en capacité de payer le bien, mensuellement, grâce à sa retraite.

Fiscalement, acheter à l’étranger peut être intéressant. Dans certains pays, comme le Maroc, la taxe d’habitation n’est pas à payer pendant 3 ans. Selon que l’on décide d’être résident ou non (y vivre 183 jours au moins), on peut soit transférer le prix du bien en cas de revente en France ou avoir une réduction de 80% du montant de l’impôt, parce que l’on est retraité. Attention, toutefois, pour bénéficier de ce dernier point, il faut ouvrir un compte bancaire marocain.

Achat de bien immobilier en dehors de la France : matérialiser son projet

Si une réduction fiscale est toujours bonne à prendre, cela ne veut pas dire pour autant que sur le sol français, il ne faille plus s’acquitter de rien dans ce domaine. En fonction du prix du bien, il est possible que le propriétaire doive remplir une déclaration d’IFI.

Quand un senior décide de passer du temps à l’étranger, à tel point qu’il est considéré comme résident, il faut s’enquérir alors du régime de sécurité sociale en vigueur. Même si les retraités sont de plus en plus en forme, personne n’est à l’abri d’un accident ou d’un problème de santé.

Même si ces démarches peuvent sembler laborieuses, avoir une maison ou un appartement à l’étranger, pour avoir un pied à terre peut se révéler une bonne idée.

Notamment pour l’obtention du prêt immobilier, demander l’expertise d’un courtier en crédit immobilier est intéressant. Il pourra déjà regarder si les ressources et le taux d’endettement permettent un tel projet d’achat, mais aussi orientera vers la meilleure offre de prêt.

Ce n’est pas le seul professionnel à solliciter pour acheter de façon sereine. Un avocat en droit international aidera à lister toutes les démarches pour procéder étape par étape.